Découvrir nos produits...

Ils parlent de nous :

Bio Au pied de mon arbre, des soins a la sève 2 boul...

BLOG  Passion beauté et bien-être naturelle bio

 http://passionbeautebio.canalblog.com/archives/2014/09/07/30542985.html

http://club.beaute-addict.com/blog-beaute/commentaire-seve-de-bouleau-756753-0.php



L’alternance jour-nuit : Extrait de Psychologie .com Mieux vivre sa vie Beauté

Le jour, la peau se défend contre les agressions extérieures (UV, pollution…). Les cellules cutanées détectent les différences de luminosité et s’y adaptent, mobilisant leurs mécanismes de protection. La taille et le volume des cornéocytes (cellules mortes de la couche cornée) diminuent pour minimiser les échanges et les pertes hydriques. Les cellules sont plus petites et serrées dans la journée pour renforcer l’étanchéité et la fonction barrière de la peau. Le nettoyage doit être doux et la protection optimale. Appliquez chaque matin une crème de jour protectrice qui doit contenir des actifs hydratants, antioxydants et des filtres solaires durant la période estivale. Les pics de sébum, directement liés à la testostérone, ont lieu le matin et culminent à 13 heures. Le pH s’acidifie dans la journée afin de protéger la peau contre les attaques bactériennes. En fin d’après-midi, celle-ci est plus réceptive aux allergènes, mais moins sensible à la douleur, c’est le bon moment pour l’épilation ou tout soin douloureux (extraction de comédons, injections

La nuit, la régénération cellulaire prédomine, principalement entre 23 heures et 3 heures du matin, période où les cellules se divisent huit fois plus vite ! Elles se consacrent à la reconstruction des composants essentiels de la peau, abîmés pendant la journée. L’épiderme s’ouvre et favorise tous les échanges, les principes actifs sont mieux absorbés. C’est la nuit que la peau élimine ses toxines et reconstitue son film hydrolipidique (sébum en priorité), ses réserves en eau et en nutriments. Vers 23 heures, le système immunitaire fonctionne à plein régime. Les agents pathogènes sont chassés de l’organisme. Les risques d’inflammation sont au plus haut. La circulation sanguine sous-cutanée s’accélère, ce qui permet une meilleure nutrition et oxygénation de la peau.

La nuit, la réparation et le renouvellement de notre peau est favorisée

A l’heure où notre corps se repose, notre peau est en ébullition. Régénération cellulaire, renforcement de l’épiderme, activation de la microcirculation : elle met en place ses propres armes pour nous permettre de mieux affronter la journée. Mari-Pierre Hill-Sylvestre, dermatologue, décrypte la vie noctambule de notre épiderme.

Véronique Deiller

La nuit est un moment de régénération intensive de la peau. Certaines études de chronobiologie le montrent bien : la multiplication des cellules de l’épiderme est maximale à une heure du matin, minimale à 13 heures. Elle produit alors jusqu’à trois fois moins de cellules. La nuit, notre peau favorise donc son renouvellement et sa réparation. Ce phénomène s’explique aisément : à cette période, notre peau subit moins d’agressions externes et bénéficie d’une certaine tranquillité qui permettent à ces mécanismes de régénération de se mettre en place.

Quel est ce mécanisme de renouvellement cellulaire? Comment notre peau se régénère-t-elle ?
Marie-Pierre Hill-Sylvestre : Ce renouvellement est en réalité un processus de division cellulaire. Les cellules souches de la peau se partagent en deux. L’une monte petit à petit à la surface pour remplir ses fonctions puis s’éliminer sous forme de couche cornée ; l’autre reste en place et "reprend des forces" pour pouvoir se diviser à nouveau.

Quelles sont les autres réactions nocturnes de notre peau ?
Marie-Pierre Hill-Sylvestre : La circulation du sang dans les petits vaisseaux de la peau est également plus importante la nuit, notamment entre 23 heures et 4 heures du matin. Le renouvellement des cellules nécessite de l’énergie, il est donc normal que la microcirculation soit activée. Mais il faut aussi savoir que cette fameuse circulation sanguine est extrêmement sollicitée, lorsque nous faisons un exercice physique intensif, par exemple. Elle n’est donc pas uniquement une réaction nocturne.

Par ailleurs, la peau est plus perméable la nuit par contraste avec la fonction barrière de la journée. L’état de base de notre peau est d’être bien protégée dans la journée

Cette plus grande perméabilité de la peau la nuit favorise-t-elle la pénétration des actifs cosmétiques ?

Marie-Pierre Hill-Sylvestre : Plus perméable, notre peau est effectivement plus à même d’absorber certaines substances. Reste à préciser lesquelles : absorbe-t-elle plus facilement l’eau ou les actifs ? Ce qui est certain, c’est que notre peau est plus réceptive aux soins.

Peut-on parler d’horloge biologique de notre peau ?
Marie-Pierre Hill-Sylvestre : Tout à fait, mais en réalité, cette logique de l’horloge biologique gouverne tout notre corps, aucun organe n’y échappe. Elle est liée à l’adaptation de notre espèce à notre monde, l’évolution génétique - qui nous vient de nos ancêtres - et notre adaptation personnelle à notre mode et lieu de vie. Les gens qui travaillent de nuit ont ainsi une horloge biologique différente de la plupart d’entre nous.

Notre rythme de vie va-t-il ainsi influencer la manière dont réagit notre peau la nuit ?
Marie-Pierre Hill-Sylvestre : Notre peau est influencée à la fois par de facteurs internes – des maladies, des troubles du fonctionnement, hormonaux par exemple - et des facteurs externes à l’image de nos horaires de sommeil, la façon dont nous prenons le soleil dans la journée… Tous ces facteurs entrent notamment en jeu dans le processus de régénération des cellules. Notre rythme de vie, s’il n’en est pas l’unique facteur, joue un rôle dans la manière dont notre peau réagit. Reste à en évaluer précisément l’impact

par Aude ~ 23 février 2011

Le bouleau, appelé, également, arbre de la sagesse ou arbre lunaire, famille des bétulacées est considéré, depuis des millénaires, pour ses nombreuses vertus thérapeutiques.

Des écrits relatent qu’elle existait déjà, il y a 3000 ans chez les populations nordiques, lapones, slaves, scandinaves. On retrouve son emploi traditionnel dans les Highlands en Écosse et chez tous les peuples d’Europe du Nord,  le bouleau est très répandu, et les cures printanières de sève de bouleau y sont pratiquées depuis le XIIe siècle.

Au printemps, le bouleau produit pendant un mois, 200 litres de sève par jour, c’est donc plus de 6000 litres de sève qui viendront nourrir un seul arbre.

La pratique consiste à prélever ce liquide ancestral en perforant l’arbre après l’écorce et l’aubier, soit un trou de 3 centimètres de profondeur pour 8 millimètres de diamètre. Une petite canule guide le liquide au goutte à goutte jusqu’au récipient qui le recueille, et le tour est joué.

Toute personne soucieuse de nature et de respect de la vie se demande bien entendu si le prélèvement de la sève ne nuit pas à la santé de l’arbre, ou tout au moins à la bonne croissance des bourgeons et jeunes pousses, la réponse est naturellement, non lorsque le travail est fait correctement.

Le récoltant soutire 5 litres de sève par arbre et par jour pendant une quinzaine, avant de passer à un autre tronc. Soit, pour les statisticiens, environ 2,5 % de la production de l’arbre sur la période concernée. Le trou est soigneusement refermé par une petite mèche en bois et l’arbre continue à bien se porter.

La récolte de sève de bouleau fraîche commence fin février et  dure environ 5 semaines.
Et cette sève, comment est-elle ? on dirait de l’eau pure,  translucide, fraîche et agréable, en bouche, elle révèle une saveur très légèrement sucrée (contient 0.4 % de sucre).

En hiver, le corps s’encrasse toujours, car l’activité physique est forcément plus réduite ainsi que la sudation, les aliments et les repas sont plus riches.

Le printemps est le moment propice aux grands nettoyages. Nettoyer son logis c’est très bien, nettoyer son organisme est tout aussi indispensable, c’est même vital.

La sève de bouleau prépare l’organisme au changement de saison.
Par sa double action d’élimination par le foie et le rein, la cure de bouleau  est  efficace pour drainer les toxines et se purifier.
A prendre en cas d’affections rhumatismales, de lithiases (biliaires ou rénales),  de cholestérol,  triglycérides et terrain goutteux. Elle donne de bons résultats sur les douleurs articulaires,  l’arthrite et l’arthrose. Elle améliore les troubles urinaires. Elle élimine les acides (comme l’acide urique) en excès dans le corps et toutes les toxines (médicaments, additifs, pesticides).
La sève de bouleau est un excellent fortifiant du système osseux, elle reminéralise et revitalise. Elle contient beaucoup de silice, un oligo élément dont le rôle est impliqué dans les processus fondamentaux de la vie. Rudolf Steiner voyait la silice comme le « transistor de la vie ».

A utiliser pour tous les problèmes de peau (eczéma, boutons, acné), elle permet, également, d’éclaircir le teint.
Diurétique et drainante, elle élimine la cellulite et réduit les oedèmes, certains l’associent aux régimes amincissants, en effet, un corps, encrassé par ses déchets, cesse de brûler ses graisses de réserve et cesse de mincir.
Il est donc important que le corps soit parfaitement nettoyé et épuré.

La Sève de bouleau est un excellent fortifiant du système osseux, elle reminéralise et revitalise. Les minéraux présents sous forme ionisée, permettent une meilleure assimilation et rendent la cure de sève de bouleau efficace dans tous les cas d’ostéoporose, parodontose.

Attention de ne pas confondre sève de bouleau et le jus de bouleau, qui, lui provient d’une extraction des feuilles.

Posologie :

1 demi-verre ou 150 ml par jour pendant 3 semaines.

Une cure nécessite environ 3 litres de sève.

La sève de bouleau,  véritable élixir de printemps,  nettoie en profondeur et donne un coup de jeunesse viscérale.

tronc 

LE BOULEAU BLANC (betula alba) fait partie de la famille des Bétulacées. Considéré depuis des millénaires pour ses nombreuses vertus tant sur le plan thérapeutique que pour ses bourgeons, ses feuilles, son bois, le bouleau blanc est un arbre attiré par la lumière.

On récolte la sève de bouleau blanc au printemps, au moment de la montée de la sève, juste avant que les bourgeons n’éclosent. En Canada, c’est généralement au mois de mars. Le principe de récolte est simple, on fore un trou de faible diamètre dans le tronc de l’arbre, sur 5 à 8 cm de profondeur selon la taille du tronc. On insère dans le trou un tuyau souple dont l’autre extrémité plonge dans une chaudière. La sève s’écoule naturellement. Vous récolterez de 1 à 3 litres d’eau de sève par jour (cette récolte n’épuise pas l’arbre, puisqu’un arbre de 40 ans produit quotidiennement plus de 200 litres de sève). Après la récolte, il est conseillé de reboucher le trou avec une cheville en bois.
Efficace après l’Hiver, la cure de sève de bouleau libère l’organisme de ses toxines  et se purifie.

La sève du bouleau a comme principaux effets sur la santé:

- L’activation de la diurèse et l’élimination des déchets organiques, comme l’acide urique et le cholestérol.

- Stimule le système immunitaire.

- Elle favorise l’amincissement (lorsque le corps en a besoin).

- Elle a une action anti-inflammatoire et anti-douleurs (très bon en cas d’arthrite, de rhumatisme)

-  Elle est bénéfique pour la vésicule biliaire et le foie.

• Elle éclaircit le teint et permet d’améliorer les problèmes de peau.

- Riche en minéraux et en oligo-éléments. La teneur de ces derniers varie en fonction du sol sur lequel a poussé l’arbre, mais elle contient généralement les éléments suivants:  Le silicium (aide en cas d’ostéoporose), le calcium et le phosphore (solidité des os),  le potassium (rééquilibre le rythme cardiaque et intervient dans la circulation sanguine), le magnésium et le lithium (améliore l’humeur et les états dépressifs), la vitamine C et le sélénium, (antioxydants ils luttent contre le stress oxydatif dû aux radicaux libres).

La cure de 21 jours : 

Buvez 1 verre (150ml) de sève de bouleau, le matin, à jeun. Gardez pendant quelques instants le liquide dans votre bouche pour une meilleure assimilation.

Conservation de la sève de bouleau : La sève ou eau de bouleau est un liquide vivant, très clair, semblable à l’eau à l’état frais, fade, légèrement sucré. Après quelques jours de repos la sève se trouble par apparition de maléate de calcium et de phosphate calcique, ce qui est provoqué par la fermentation et les modifications biochimiques qu’elle subit. Son état ne reste donc pas stable très longtemps et, de plus, à cause du sucre qu’elle contient, elle fermente et devient acidulée et doit être conservée au réfrigérateur pour rester fraîche. Pour éviter une fermentation trop rapide, il est possible de stabiliser la sève de bouleau avec de l’alcool pur. L’autre moyen pour empêcher la fermentation est l’addition de clous de girofle.

Catégories: Santé & Beauté au naturel